7 différences entre l’Armagnac et le Cognac

© Shaiith – Shutterstock

Quelles différences entre l’armagnac et le cognac ?

Au premier coup d’oeil, les différences entre ces deux eaux-de-vie n’est pas flagrante. Le verre ci-dessus pourrait être rempli d’Armagnac ou de Cognac.

  • Même couleur ambrée
  • À base de raisin
  • Des cépages communs : Colombard, Ugni Blanc et Folle blanche
  • Distillation du vin blanc pour le transformer en eau de vie
  • Vieillissement en fûts de chêne
  • Expertise dans l’art de l’assemblage pour un arôme harmonieux
  • Titre alcoolique volumique minimum 40° au moment de la commercialisation
  • AOC

Alors quelles sont les principales différences entre l’armagnac et le cognac ?

C’est ce que nous allons détailler grâce à la documentation de l’INAO.

Toutes les informations ci-dessous sont extraites :

du Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Armagnac »
homologué par le décret n°2014-1642 du 26 décembre 2014 relatif à l’appellation d’origine contrôlée « Armagnac », JORF du 28 décembre 2014

et du Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « Cognac » ou « Eau-de-vie de Cognac »
ou « Eau-de-vie des Charentes » homologué par le décret n°2015-10 du 7 janvier 2015 modifié par arrêté du 8 novembre 2018, publié au JORF du 14 novembre 2018.

Source INAO : Institut national de l’Origine et de la Qualité

https://www.inao.gouv.fr/produit/13387 https://www.inao.gouv.fr/eng/produit/13394

1- La situation géographique

Région Occitanie pour l’Armagnac

différences entre l'armagnac et le cognac
© https://commons.wikimedia.org/wiki/

Seules peuvent prétendre à l’appellation d’origine contrôlée « Armagnac » les eaux-de-vie qui ont subi les phases de vieillissement et/ou de maturation et de finition dans l’aire géographique. L’aire géographique est constituée des départements suivants: Gers (principalement), Landes et Lot-et-Garonne.

Source INAO

Région Aquitaine pour le Cognac

différences entre l'armagnac et le cognac
© https://commons.wikimedia.org/wiki/

Seules peuvent prétendre à l’appellation d’origine contrôlée « Cognac » les eaux-de-vie qui proviennent de raisins récoltés, vinifiés, sont élaborées et vieillies sur les arrondissements de Rochefort, Saintes, Saint-Jean-d’Angély, Jonzac, Cognac, Angoulême, Confolens, Périgueux, Niort.

2- Le Climat

Armagnac

La vigne bénéficie d’un climat de type tempéré-océanique, semi-continental

Cognac

La vigne bénéficie d’un climat de type océanique aquitain.

3-Les Cépages

Armagnac

L’appellation d’origine contrôlée Armagnac répertorie dix cépages entrant dans le cahier des charges : La Folle Blanche et Jaune, le Piquepoult du pays ou Folle Blanche, l’Ugni blanc, le Colombard, le Jurançon, la Blanquette, le Mauzac, la Clairette, le Meslier Saint-François, le Plant de graisse et le Baco blanc 22A

Seuls quatre cépages ont une implantation réellement représentative: Ugni Blanc, Baco Blanc 22A, Folle Blanche Piqueboult et Colombard.

Cognac

Les vins destinés à l’élaboration des eaux-de-vie sont issus des cépages suivants :

  • Colombard B, Folle blanche B, Montils B, Sémillon B, Ugni blanc B ;
  • Folignan B, représentant au maximum 10 % de l’encépagement.

4-Le terroir

Armagnac

À l’ouest, les Sables Fauves dominent. C’est une formation marine, en partie recouverte par des limons loëssiques. Ils portent des sols limoneux à limono-sableux, lessivés et acides, appelés localement boulbènes.

Cette formation est progressivement remplacée vers l’est par de la molasse, formation continentale argileuse avec des bancs calcaires durs qui marquent le relief. Les sols associés sont soit argileux et profonds (terreforts), soit superficiels, caillouteux et calcaires (peyrusquets).

Le passage des Sables Fauves à la molasse est progressif avec présence de ces deux formations dans le centre de la zone.

Les trois mentions géographiques, Bas Armagnac, Armagnac Ténarèze et Haut Armagnac, qui se succèdent d’ouest en est, correspondent bien à des milieux naturels distincts.

Cognac

Henri Coquand (1811-1881), professeur de géologie, étudie au milieu du XIXème siècle la géologie de la région et valide avec un dégustateur un classement des différentes zones, selon la qualité des eaux-de-vie que leurs sols peuvent produire.

Selon les travaux menés à cette époque, la dominante des sols qui caractérise ces dénominations se schématise ainsi :

  •  Grande et Petite Champagne : sols argilocalcaires assez superficiels sur calcaire tendre, crayeux
  •  Borderies : sols silico-argileux, à silex résultant de la décarbonatation du calcaire
  • Fins Bois : majoritairement occupés par des « groies », sols argilocalcaires superficiels rouges et très caillouteux, d’un calcaire dur et de sols très argileux pour le reste ;
  • Les Bois : sols sableux en secteurs côtiers, dans certaines vallées et dans toute la partie sud du vignoble. Ce sont des sables que l’érosion a apportés du Massif central.

5- L’élaboration

Armagnac

Distillation continue multi-étagée avec reflux, au moyen d’alambics dits « armagnacais » de type principal. La chaudière est chauffée à feu nu.

L’alambic armagnacais est constitué d’une chaudière surmontée d’une colonne à plateaux et d’un ensemble de chauffe-vin réfrigérant, enfermant un serpentin. La colonne de distillation est munie de plateaux comportant des éléments de barbotage. Cet appareil peut présenter des dispositifs d’extraction de têtes ou de queues.
La chaudière, le serpentin, la colonne et les plateaux sont en cuivre.

La chaudière contient un ou deux plateaux de chaudière. Dans la colonne, le nombre total de plateaux d’épuisement et de concentration est au maximum égal à quinze, le nombre de plateaux de concentration étant limité à deux.

Le titre alcoométrique volumique des eaux-de-vie est compris entre 52 % et 72,4 % dans le récipient journalier des eaux-de-vie.

Cognac

Distillation discontinue simple, dite à repasse ou double distillation. Cette méthode consiste en une succession de deux étapes dites « chauffes » :

  •  la première « chauffe » désigne la distillation du vin et permet d’obtenir le brouillis ;
  •  la deuxième « chauffe » ou « repasse » ou « bonne chauffe » désigne la distillation du brouillis et permet d’obtenir l’eau-de-vie de Cognac, après avoir écarté les produits de début et de fin de ladistillation (également appelés « flegmes ») 
  • lors de la première ou de la deuxième chauffe, peuvent être ajoutées au vin ou au brouillis les fractions de début et de fin de distillations précédentes, non retenues comme eau-de-vie de Cognac.

À l’issue de la double distillation, le titre alcoométrique volumique des eaux-de-vie ne doit pas excéder 72,4% à 20 °C, dans le récipient journalier des eaux-de-vie.

6- La commercialisation

Armagnac

Historiquement, éloigné des réseaux de transport, l’Armagnac était essentiellement consommé localement. Depuis 2013, il est consommé dans plus d’une centaine de pays et sa fabrication demeure artisanale.

Cognac

Historiquement produit d’exportation, le « Cognac » est aujourd’hui consommé à plus de 95 % à l’étranger, par des consommateurs situés dans près de 160 pays différents. Sa méthode de fabrication est industrielle.

7-Et le goût ?

L’Armagnac est une eau-de-vie ayant subi, au minimum, une année de vieillissement sous bois de chêne. Son équilibre et son style aromatique évoluent avec la durée de l’élevage (terme qui regroupe maturation et/ou vieillissement), depuis des eaux-de-vie jeunes, chaleureuses et aux arômes de fruits frais, de fleurs et de bois, jusqu’aux eaux-de-vie âgées, plus rondes, amples et aux arômes évolués de fruits cuits ou confits, d’épices et de rancio, complexes et élégants.

Les eaux-de-vie les plus jeunes présentent des notes florales et fruitées, telles que la fleur de vigne ou d’acacia, le raisin, la poire ou certains fruits exotiques. Au contact du bois de chêne, elles acquièrent des notes caractéristiques, parmi lesquelles on peut citer la vanille, la noix de coco ou des caractères de torréfaction. Leur vieillissement se traduit également par un enrichissement et une complexification croissante de leur profil aromatique, qui inclut notamment des notes de fruits confits, d’épices, boisées, de tabac ou de fruits secs.

Conclusion

Ces deux eaux-de-vie sont nées d’un savoir-faire exceptionnel, suivant scrupuleusement un cahier des charges très stricte.

Armagnac et Cognac sont des eaux-de-vie d’une très grande qualité, symbole de l’Art de vivre à la française.

À vous, donc, de goûter, apprécier et comparer. En toute modération (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

Paroles d’experts

Mon ami sommelier, Hervé Couget, nous livre son avis:

Le Cognac à la dégustation est plus subtil, l’Armagnac est plus corsé.

La longueur en bouche est identique mais l’armagnac est plus”chaud”.

Certains Cognac ont des notes de fruits frais, avec une acidité naturelle, tandis que l’Armagnac rappelle des notes de sous bois, de réglisse.

Les deux-eaux-de-vie sont agréables à travailler en mixologie. De nombreux bars de prestige ont mis en avant leur savoir faire à travers des cocktails Cognac ou Armagnac.

A votre tour de nous donner votre avis et n’hésitez pas à partager cet article si vous l’avez aimé. Merci !